Faire un budget en 9 étapes simples

139

Pour qui et pourquoi le budget? Dans le meilleur des mondes où tu es discipliné et as la motivation au coeur, faire un budget n’est pas la chose la plus difficile. Ce sera même un jeu d’enfant (j’exagère, mais tu comprends le principe). Dans le cas contraire, il faudra redoubler d’efforts pour parcourir les étapes au complet. Réaliser son premier budget n’est plaisant. On y voit toutes nos dépenses et à quel point on jette notre argent par les fenêtres. Par contre, un budget sert à ne plus jeter ou brûler son argent.

Le budget s’adresse à tout le monde, peu importe l’âge, le sexe ou la quantité d’argent qu’on a déjà. Tu as peut-être l’air baller avec tes chaînes en or et ta BMW usagée 2003, tu dois faire un budget quand même. Si tu fumes (drogue, cigarette ou Kool-Aid), tu vas te rendre compte que 30 grammes par semaine ou un paquet par jour, ça fait un trou dans le portefeuille.

Lorsqu’on arrive à déceler où nos dépenses inutiles sont et comment on peut régler ça, tout devient clair! Si on s’attarde à chaque petit frais bancaire, on réalise qu’à la fin de l’année le montant est considérable. Un budget permet de planifier ses coups pour des projets ou encore avoir de l’argent de côté en cas d’urgence, parce que croyez-moi ou non, rentrer dans une chaîne de trottoir à 40 km/h ça se prend mal.

Maintenant, voyons comment bien débuter dans la création de ton premier budget!

 

1 – Décider de faire un budget

La toute première chose à faire c’est prendre action et vouloir créer son budget. Il n’y a pas d’autre issue possible que de réserver du temps, de s’asseoir bien confortablement, de prendre un crayon et de faire son foutu budget. On a tous le temps de le faire et les excuses ne font que ralentir la prise d’action. Dis-toi qu’une fois la paperasse complétée et les données recueillies, faire son budget ne requiert qu’une heure maximum par semaine. C’est 12 pauses à la télévision, 5 meetings de 12 minutes inutiles ou 2 séances de sexe (l’argent ne devrait jamais remplacer ta vie sexuelle, mais pour le budget…)

L’important dans tout ça, c’est de prendre action, c’est tout. Au moins, si tu abandonnes après deux minutes, tu as quand même fait un pas en avant.

 

2 – Fixer des objectifs qui font du sens

Ahh, les objectifs de vie et la mise sur papier de ses ambitions. Rien de plus le fun que de faire une liste d’au moins 25 buts à réaliser dans ta vie. Par contre, diviser pour mieux régner ne s’applique pas ici. Pour débuter, choisis 3 à 5 objectifs ultimes que tu désires réaliser à court, moyen et long terme, soit environ 15 objectifs maximum.

Qu’est qu’un bon objectif

Pour ceux qui me connaissent, ils doivent être bien écoeurés de m’entendre parler des objectifs S.M.A.R.T.. Pourtant, c’est la chose la plus importante à savoir si l’on veut atteindre ces objectifs. Tu peux consulter un billet que j’ai fait sur le blogue les Nerds à propos des résolutions qui ne tiennent pas.

Un bon objectif ne se résume pas qu’à dire: «Je veux avoir plus d’argent». Ça, c’est un rêve et non un objectif concret. Pour le rendre réalisable, on applique 5 principes sous le nom de? S.M.A.R.T, c’mon c’est écrit y’a 4 lignes plus hautes…

Voici donc:

SPÉCIFIQUE

Cette section doit être très… spécifique. Il y a une énorme différence entre dire à quelqu’un pour un party j’arrive «en soirée» ou «à 20h30 avec l’alcool du prédrink». L’un est vague et l’autre nous donne l’heure exacte de la situation à venir.

Est-ce que le party se fait chez un ami, une connaissance d’un ami ou simplement l’inconnu du coin de la rue? Tout réside dans des détails précis.

MESURABLE

Quels sont les indicateurs de performance pour ton objectif? How much, combien, quelle quantité? etc. Dans tes critères, il faut absolument avoir sous la main quelque chose qui se mesure. Combien d’argent, combien de temps, combien d’années, etc.

Prenons l’exemple de notre budget. Tu décides qu’en 2018 (ou whatever l’année qu’on est, ajoute +2), un voyage en Alaska dans le plein air serait cool. Quels seront tes indicateurs de mesure? En principe, le temps on l’a soit deux ans. C’est au niveau de l’argent que ça se complique. Combien ça prend pour aller en Alaska? Combien de temps je veux rester en Alaska?

Établir une mesure «spécifique» est donc primordial dans tes objectifs.

ATTEIGNABLE

Ce qui est plaisant avec les objectifs, c’est quand on arrive à les atteindre. Autrement, c’est dire qu’on veut monter l’Everest alors qu’on est sur un respirateur artificiel datant des années 60. Ce n’est pas impossible, mais dans le commun des mortels j’aimerais vraiment voir ça de mon vivant.

Tu dois faire preuve de jugeote un tantinet dans la fixation de tes objectifs. Est-ce que tu as les capacités mentales et physiques pour le faire? Est-ce que les ressources financières en ce moment sont assez élevées? Il ne faut pas non plus oublier les obstacles qui se dresseront sur ta route. Un bébé, une maison, ta blonde, ton chum, etc.

Dire oui à un objectif atteignable, c’est prendre un engagement formel et tenir sa parole.

RÉALISTE

Certaines personnes mélangent souvent ce point avec celui-ci d’en haut. Un objectif atteignable n’est pas nécessairement réaliste. Si on reprend l’exemple de notre asthmatique, c’est possible de monter l’Everest avec un respirateur, mais est-ce réaliste?

Un autre exemple qui arrive à tout le monde le premier janvier. Si tu veux perdre 40 lb avant février, c’est atteignable. Cependant, ça n’a aucun sens, c’est dangereux et irréaliste, surtout si tu ne t’es pas entraîné depuis 5 ans.

Être réaliste, c’est de connaître ses forces et ses faiblesses et ajuster en conséquence. Il n’y a personne qui te connaît mieux que toi même.

Ton objectif doit avoir une fin. Vouloir être millionnaire n’a pas de finalité. Le devenir dans 5, 10, 15 ans en est une. En fixant un échéancier, tu seras capable de déterminer que seront les sous-objectifs que tu devras réaliser.

S.M.A.R.T This Sh*t

Maintenant qu’on a nos 5 principes, si on retourne à notre budget comment ça se passe? Prenons l’exemple de Jean-Pierre Lebatiste-Tremblay. Tout frais sorti de l’école des hautes semi-études commerciales (HSEC), 25 ans, il désire voyager un peu avant d’entrer sur le marché du travail (ce que tous les jeunes devraient faire).

Son objectif de départ est de partir en voyage pendant un an en Alaska avec ses amis. Patrice Budgetoli, aussi un de ses amis, lui fait remarquer que son objectif n’est pas idéal et ne donne pas assez de renseignements. Suite à quelques échanges, les deux camarades en conviennent à un objectif S.M.A.R.T. qu’ils ont vu sur un blogue en développement «pas pire pentoute».

Voici le nouvel objectif:

Je vais partir en Alaska pour une durée de 1 an. J’évalue que la totalité de mon voyage coûterait 10 000$ si je cohabite avec des gens de la région (S) ou partage un loyer. Cela signifie que je devrai trouver ou faire 7 000$ et puiser dans mon compte épargne où s’y trouve 3 000$ (M). Sachant que j’ai une opportunité d’emploi dans une petite firme-conseil (A et R), il me faudrait 5 mois (T) pour amasser le montant nécessaire.

Tu vois, ce n’est pas si compliqué que ça créer des objectifs. Bien que je ne sois pas un expert en conception d’exemple, j’espère que tu as compris. Sinon, envoie-moi un message maintenant qu’on en parle. D’ailleurs, je n’ai aucune idée combien ça prend pour rester en Alaska pendant un an.

 

3 – Définir son plan d’action

Après avoir fixé tes objectifs S.M.A.R.T., tu dois te créer un plan d’action. Cela va se refléter dans ton budget. Quels sont les sous objectifs qu’il faut réaliser pour atteindre les gros objectifs? C’est le moment d’être productif. Le plan d’action est un peu ta liste de tâches à faire pour ne rien oublier.

Je te conseille un outil comme MeisterTask ou Trello pour organiser ton plan. C’est un format Kanban qui est très pratique et donne un sentiment d’accomplissement. Dans ton plan tu peux avoir:

  • Retrouver tous les documents importants (états de compte, impôts, facture de maintenance du garage, dépenses courantes, etc.);
  • S’équiper d’un logiciel de budgétisation ou un modèle Excel (Google Sheet fait la job);
  • Avoir sous la main les numéros de téléphone des banques avec lesquelles tu fais affaire;
  • Créer un dossier, un échéancier et acheter de la papeterie si t’es Old School;
  • Etc.

Tous les éléments dont tu penses pouvoir utiliser pour créer ton budget, tu dois l’avoir proche.

 

4 – Connaître ses actifs et ses passifs (tous)

Enfin, tu dois te dire. Bien oui, le coeur du sujet s’en vient, mais patience jeune padawan. Cette étape consiste à calculer tous ses actifs et ses passifs autant à court terme qu’à long terme.

LES ACTIFS

Voici la définition comptable d’un actif:

Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l’entité, c’est-à-dire un élément générant une ressource que l’entité contrôle du fait d’événements passés et dont elle attend des avantages économiques futurs.

Plancomptable.com

  • Encaisse (soldes des comptes chèques)
  • Compte d’épargne
  • Obligations d’épargne (Obligation du Québec et du Canada)
  • Épargne à terme (régulière ou rachetable dont l’échéance est de moins de 12 mois)
  • Autres liquidités (Fonds de marché monétaire, bons du Trésor, etc.)

  • Épargne à terme (régulière dont l’échéance est de 12 mois et plus)
  • Obligations (ex. : obligations corporatives, coupons détachés, débentures).
  • Fonds de placement
  • Fonds des travailleurs (FTQ)
  • Régime d’épargne-actions (REA)
  • Actions

  • Régime enregistré d’épargne-retraite (REER)
  • Compte de retraite immobilisé (CRI)
  • Fonds enregistré de revenu de retraite (FERR)
  • Fonds de revenu viager (FRV)
  • Régime enregistré d’épargne-études (REEE) – demande à tes parents
  • Rente (viagère ou à échéance fixe)
  • Régime de pension agréé (caisse de retraite)
  • Régime de participation différée aux bénéfices (RPDB)
  • Compte d’épargne libre d’impôt (CELI)
  • Autres

  • Mobiliers
  • Véhicules (auto, bateau, moto, etc.)
  • Résidence principale
  • Résidences secondaires (chalet)
  • Immeubles locatifs (à revenus)
  • Terrains
  • Objets de collection et/ou oeuvres d’art
  • Bijoux
  • Etc.

LES PASSIFS

Ensuite, calcule les passifs. Habituellement, c’est un élément qui agit négativement sur tes actifs et entraîne une sortie de ressources (ici l’argent) pour payer un tiers.

  • Cartes de crédit
  • Marges de crédit
  • Comptes à payer

  • Prêts automobiles
  • Prêts personnels
  • Autres (spécifie au moins c’est quoi)

  • Prêts hypothécaires (résidence principale)
  • Prêts hypothécaires (résidence secondaire)
  • Prêts hypothécaires (immeubles locatifs)
  • Prêts pour investissement
  • Prêts étudiants

On fait quoi avec ça?

Calcul les totaux de chaque actif et passif. Attention, ton salaire n’entre dans les actifs. Suite à cela, garde le fichier ou ton pad de papier pas loin, on va en avoir besoin plus tard. Télécharge la grille de calcul gratuitement. Ça va te permettre d’avoir un aperçu de ta valeur et à quel point tu es (ou pas) dans la merde. Certes, il y a de bonnes et de mauvaises dettes. Un prêt étudiant pour un programme qui va te rapporter beaucoup plus dans les années à venir est une bonne dette. Une voiture de luxe payé à crédit alors que tu n’en as pas besoin est stupide et est une mauvaise dette.

5 – Prendre en note son revenu net (après impôts)

Maintenant tu peux trouver ton salaire net. Si tu as un travail temps plein, il y a de fortes chances que ton salaire soit fixe. Si tu es à l’heure, fais une estimation de ce que tu comptes recevoir.

On veut le revenu net pour une raison. Le revenu brut ne tient pas compte des déductions provinciales et fédérales sur le salaire. Cela inclut le régime des rentes, impôts provinciaux, impôts fédéraux, etc. Tu peux consulter toutes les autres déductions applicables (pour le Québec).

Une fois que tu as ton revenu net, passe à l’autre étape.

 

6 – Catégoriser ses dépenses et ses revenus

C’est la partie la plus intéressante. Là où tout le monde se sens un peu mal et a un reality check. Tout ce qui sort de ton portefeuille, ton compte de banque et même ton petit cochon rose doit être catégorisé.

Dans les catégories que tu vas voir plus bas, certaines ne te concernent peut-être pas pour le moment. C’est normal, on est tous à un niveau différent dans la vie. Cependant, ajoute-les quand même dans ton budget. C’est vraiment important de le faire de façon judicieuse parce qu’en fin de compte, ça va te donner un aperçu de tes plus grosses dépenses. Tu pourras ensuite mieux évaluer ton plan plus tard.

Voici ma liste exhaustive des catégories de dépenses que j’utilise dans mon logiciel (on va voir lequel dans le point suivant).

  • Payment de voiture (si prêt crédit)
  • Essence
  • Stationnement
  • Transports publics
  • Mécanique, pièce, réparation, etc.

  • Électricité
  • Eau
  • Gaz
  • Internet
  • Cellulaire
  • Téléphone

  • Netflix
  • Spotify
  • Jeux
  • Autres

Ici, ne pas confondre ces deux termes qui ne veulent pas dire la même chose. L’éducation c’est apprendre au-delà de l’instruction comme des concepts de vie, du savoir-vivre, de l’éthique, de l’empathie, être humainement meilleur quoi. L’instruction c’est dès que tu payes pour un service public ou privé te donnant un diplôme reconnu (l’école).  La nuance est mince, mais les personnes les plus instruites ne sont pas les plus éduquées.

  • Livres
  • Frais de scolarité
  • Programmes spéciaux
  • Mensualité des prêts étudiants

Les prêts étudiants sont habituellement comptés dans les passifs. Cependant, si celui-ci arrive à échéance et tu as des paiements automatisés chaque mois, il faudrait l’inscrire comme catégorie de budget.

  • Frais ATM
  • Frais de retard
  • Frais de dépassement
  • Frais de service (compte payant, carte de crédit avec mensualités)
  • Frais d’assurance (certaines personnes ont une assurance solde)
  • Autres frais

  • Assurance auto
  • Assurance vie
  • Assurance routière
  • Soins à long terme
  • Assurance habitation
  • Etc.

  • Épicerie
  • Restaurant
  • Fast Food
  • Machines distributrices
  • Café (comme Starbucks)
  • Alchool, bars et soirées arrosées

  • Organisme
  • Fêtes des proches
  • Fêtes professionnelles

  • Équipement de sport
  • Linge de sport
  • Abonnement au gym
  • Activité de plein air
  • Équipement de plein air
  • Etc.

  • Paiement hypothécaire / loyer
  • Mobilier
  • Fourniture
  • Décoration
  • Outils
  • Maintenance et réparation
  • Amélioration locative

  • Allocation
  • Fourniture pour le bébé
  • Gardiennage
  • Activités
  • Jouets
  • Aide aux enfants

  • Activités parascolaires
  • Scout / Cadet
  • Divers

  • Cheveux
  • Nettoyage
  • Massage / Spa
  • Pharmacie

  • Dentiste
  • Docteur / Médecin
  • Optométriste
  • Psychologue
  • Etc.

  • Nourriture
  • Jouets
  • Vétérinaire
  • Litière
  • Etc.

  • Vêtements
  • Livres
  • Électronique
  • Chaussures
  • Loisirs
  • Etc.

  • Taxes municipales
  • Taxes fédérales
  • Taxes foncières
  • Taxes de vente
  • Taxes provinciales
  • Etc.

  • Transfert Pré Autorisé
  • Paiement de la carte de crédit
  • Transfert pour investissements
  • Transferts pour épargne
  • Transfert pour dépense en cash

  • Billet d’avion
  • Hôtels
  • Location de voiture / taxi
  • Vacances

  • Bonus
  • Affiliation
  • Paye
  • Remboursement
  • Revenu de location
  • Revenus passifs #1
  • Revenus passifs #2
  • Etc.

Comme tu le constates, il est possible d’y mettre ses revenus passifs. Si plusieurs dépenses sont liées à cela, il vaut mieux faire un budget pour tes entreprises ou ajouter dans les catégories de dépenses la section: dépenses d’entreprise. Personnellement, je préfère séparer le tout, mais pour les petites dépenses irrégulières, ce n’est pas grave.

7 – Choisir les outils à utiliser selon ses préférences

Maintenant qu’on a vu les éléments clés du budget, on peut se pencher sur les outils/applications qu’il est possible d’utiliser. Je crois qu’il y a trois méthodes pour faire un budget. L’une ne requiert qu’un papier et un crayon, l’autre une feuille de calcul comme Excel ou Google Sheets, et enfin, les applications disponibles sur le marché.

D’ailleurs, avant d’entrer dans le vif des méthodes, The Minimalist Budget est un livre vraiment intéressant qui te sauvrera peut-être un peu de temps.

Lien affilié

Le papier

Ça m’a pris énormément de temps avant de faire le switch vers une version électronique. J’ai été élevé dans une famille où la main est le lien entre ce qu’on écrit et le cerveau. Ça permet d’accroître sa vividité d’esprit, de faire moins d’erreurs et augmente la mémoire. Bref, cette méthode datant des premiers hommes est encore aujourd’hui une excellente façon de faire un budget.

Avantages du budget papier

  • Facile à retrouver même en cas de panne électrique
  • Permet de se souvenir plus facile des points importants
  • Est une oeuvre d’art en soi si tu écris bien
  • Pour ceux qui n’aiment pas encore les ordinateurs

Désavantages du budget papier

  • C’est long, mais vraiment long d’écrire le tout
  • Se déchire, se brûle, se mouille, etc.
  • Sors la calculatrice, t’as beaucoup de calcul à faire toi même

Le budget papier est réservé pour les Old School de ce monde ou bien les personnes qui aiment retenir leurs dépenses plus facilement.

La feuille de calcul

Le tableur électronique est la forme la plus utilisée par les gens de nos jours pour réaliser un budget. C’est pratique, facile à faire et très rapide. Que tu utilises la version de Google, de Microsoft ou un logiciel libre, en fin de compte ça donne le même résultat.

Avantages du budget sur tableur

  • Les données se rentrent facilement
  • Ton budget se calcule tout seul (presque)
  • C’est une version électronique et se retrouve facilement
  • Offre un budget très versatile (couleurs, styles, etc.)

Désavantages du budget sur tableur

  • C’est facile d’appuyer sur DELETE sans le faire exprès
  • Demande plusieurs sauvegardes
  • Requiert une certaine expertise pour l’utilisation d’un tableur

L’application

Pour les personnes qui n’ont pas vraiment le temps de faire de l’entrée de donnée tous les jours, il existe des applications web et mobiles pour réaliser cette tâche. Je ne ferai pas de comparaisons entre les applications, tapes dans Google la différence entre x et y. Un review de plus ou de moins…

L’un des plus gros désavantages est lorsque tu fais des transactions contenant du linge, de la nourriture et un vélo: #Walmart #Tigre Géant. L’application va le calculer comme une seule transaction et c’est à toi de séparer le tout. Ça ne prend pas des heures, mais c’est difficile à évaluer ses dépenses comme il le faut à la fin du mois.

Mint *gratuit*

Mint est une merveilleuse plateforme qui fait exactement ce que tu veux. Elle est extrêmement versatile et se connecte directement à tes comptes de banque. Dites adieu à la saisie de donnée manuelle, Mint le fait pour toi. C’est l’application que j’utilise pour ses fonctionnalités et parce que je n’ai pas envie de me casser la tête. La configuration prend moins de 10 minutes et tu as déjà des insights de tes comptes.

the-complete-picture-in-minutes_3
Crédit: Mint.com

Il y a ensuite la partie budget où tu pourras choisir dans les catégories mentionnées un peu plus haut. Il se peut que certaines dépenses ou transactions soient UNCATEGORIZED. C’est normal. Tu dois faire un peu de configuration et de «gossage» quand même. L’application se connecte à la majorité des comptes canadiens.

L’inconvénient de Mint est que parfois ça bug. Il se peut qu’il y ait des transactions en doubles, des comptes qui ne se synchronises pas et plus. C’est dommage quand ça arrive, mais c’est très rare. De plus, il y a une certaine courbe d’apprentissage qui peut être ardue. Ça va dépendre de ta patience et de tes connaissances techniques.

Utiliser Mint Budget

YNAB

You Need A Budget est semblable à Mint avec peut-être une plus belle interface. Je crois que la courbe d’apprentissage est d’ailleurs beaucoup plus facile. Une bonne nouvelle pour les «Technonovices». YNAB offre aussi un centre d’apprentissage pour t’aider dans ta quête de la budgétisation.

YNAB-track
Crédit: YouNeedABudget

C’est une application plus personnalisée qui met au centre l’utilisateur. Au coût de 5$ par mois US ou 50$ par année US, elle est un choix à prendre en considération.

Utiliser You Need A Budget

L’outil de la banque

Enfin, si ta banque est assez cool, elle a une application qui permet de faire ton budget. Ce ne sont pas toutes les institutions financières qui en ont une, mais c’est une tendance qui devient populaire et en demande.

8 – Aller à la banque ou utiliser la plateforme web de celle-ci

C’est plus une étape pour économiser de l’argent et parler à ton conseiller financier. Ce rendez-vous va servir à ouvrir tes comptes épargnes, faire le transfert automatisé vers ceux-ci (TPA) et réduire tes taux d’intérêt si c’est possible.

Un truc pour savoir si ton conseiller veut ton bien ou tes biens est dans la conversation. S’il t’offre des options pour réduire tes dépenses, pour ouvrir des comptes moins dispendieux ou des conseils personnels tu es entre de bonnes mains. S’il entre directement dans la partie vente, promotion, ouverture de CPG, etc., c’est un mauvais signe.

Je ne suis pas là pour démoniser les conseillers financiers bancaires, mais par expérience il y en a que je foutrais à la porte surtout lorsque c’est plus des vendeurs que des conseillers. La plateforme web de la banque est aussi utile s’il est impossible de se déplacer. Cependant, pour l’ouverture de comptes plus spéciaux ou des requêtes uniques, il vaut mieux prendre un rendez-vous.

Pendant ton entretien, montre ton budget au conseiller. Il pourra te donner de précieux conseils et d’ajuster selon tes objectifs.

9 – Demander de l’aide

Concevoir un budget de A à Z est déjà très long, s’en servir tous les jours requiert l’aide du Tout-Puissant… Sache que tu n’es pas seul dans la vie (du moins je l’espère). Demandes à tes amis, tes parents et même tes profs. Ça peut être des conseils pour améliorer ton budget, dépenser moins, recevoir des conseils financiers, etc.

Il est important de ne pas se laisser submerger par la peur et l’angoisse. En effet, si tu es endetté comme moi, un budget peut faire peur, car on voit à quel point on est à chier avec l’argent. Par contre, c’est un devoir de ne plus être endetté voire même une obligation.

Par où commencer?

Comment ça par où commencer? Je viens d’écrire plus de 3 500 mots avec des étapes claires (ou pas, haha)! Ne viens pas me dire que tu ne t’en souviens plus? Éventuellement, je vais créer un petit guide qui résume le tout, mais en attendant, prend action dès maintenant. Je te jure que si tu ne commences pas tout de suite après la lecture de mon article, ça va prendre encore trois mois avant d’y penser.

Voici ce qu’on a vu pour faire un budget:

  1. Décider de faire un budget
  2. Fixer ses objectifs
  3. Définir son plan d’action
  4. Connaître tous les actifs et ses passifs
  5. Prendre note de son revenu net
  6. Catégoriser ses revenus et ses dépenses
  7. Choisir son outil de budgétisation
  8. Aller à la banque ou utiliser la plateforme web
  9. Demander de l’aide

Finalement, ces étapes sont celles que j’ai utilisées depuis le début de ma quête budgétaire. Certes, j’ai abandonné souvent avant de réellement suivre mon budget. Ça va t’arriver et je te pardonne. Faire un budget n’est définitivement pas une chose facile, mais c’est nécessaire. 40% des Québécois vivent de l’angoisse par rapport à leurs finances personnelles. C’est énorme et ce n’est pas normal.

J’espère que cet article a pu aider dans la conception de ton futur et IMMINENT budget. Ce n’est certainement pas parfait, je ne suis pas un conseiller financier, mais c’est ce qu’on m’a appris et ça marche (fonctionne pour les autres).

Allez, jeune brebis, vas en paix vers la liberté financière!

CTA-Plus gros

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur