Comment mesurer son succès personnel et professionnel?

60

Le succès de nos jours semble être mesuré par le nombre de voitures de luxe qu’un individu possède ou le nombre de photos instagram avec deux-trois billets de 100$ (15 billets de 20$ pour être plus baller). On cherche le prochain Zuckerberg, Bezos et Musk. En fait, on ne le cherche pas vraiment, on veut le devenir parce que c’est ça le succès dans les médias. Pour le commun des mortels, si tu ne pars pas avec la bonne mentalité, te voir aux côtés de ces grands noms frôle l’impossibilité absolue. En mesurant le succès par le matériel et un chiffre dans un compte de banque on finit par trouver un emploi bien stable et sans défis. Donc, comment mesurer son succès sans voir l’Everest devant soi?

Le succès personnel

La réussite personnelle est sans aucun doute ce que les gens devraient rechercher le plus voire même le bonheur absolu. Évidemment, ça ne se fait pas en ne claquant des doigts ni en restant assis en criant: « je suis heureux ». Selon moi, la réussite personnelle nous vient en faisant des petites actions quotidiennes par habitude qui sont alignées avec nos objectifs de vie. objectifs-argent

L’objectif d’être heureux est donc très subjectif à chacun d’entre nous. Peut-être que le bonheur pour moi serait d’avoir 100 millions de dollars en fonds personnel d’urgence pour les catastrophes naturelles, les fondations qui me tiennent à coeur ou tout simplement pour que mon quartier ait des gens en santé et éduqués. Pour une autre, ce serait découvrir le monde en pack sac et vivre off-grid pour le restant de leurs jours.

Le succès se calcule donc par tous les moments heureux sur le chemin de cet objectif de vie ultime. Un des exemples que j’aime utiliser est celui des jeux de société, principalement Monopoly parce que je torche tout le monde (oui je te lance un défi). Lorsqu’on commence, on n’a pas grand-chose et tous les joueurs partent égaux. En brassant les dés, c’est le choix du hasard qui nous mène soit en prison soit directement sur la case GO. Par contre, c’est lorsque nous tombons sur une case qu’on nous offre la liberté de choisir.

En prenant action, on applique une certaine stratégie qui nous rendra riche ou en faillite. Il y aura des réussites et des défaites, mais la personne qui analysera ses coups et continuera d’avancer aura beaucoup plus de succès que l’autre joueur qui choisira l’inaction.

Le succès est un résultat heureux obtenu par des efforts constants.

Le succès professionnel

La réussite professionnelle quant à elle ne diffère pas vraiment de la définition d’en haut. Cette partie est adressée aux gens ayant un manque de confiance en soi et le syndrome de l’imposteur. Lorsqu’on est en affaire ou simplement employé, on fait face à la critique et aux échecs. Parfois, la définition du succès sera déterminée par les états financiers de l’entreprise ou le rapport de performance annuel. Le problème est qu’en ne misant que sur ces objectifs finaux, vous ne voyez pas tous les bons coups que vous faites pour y arriver. Encore pire, lorsque vous voyez que les résultats ne sont pas ceux escomptés, it’s deprime time.

Tout comme mentionné ci-dessus, mesurer son succès se fait en calculant tous les résultats heureux, et ce, même au travail. Avez-vous terminé vos tâches prioritaires avant la fin de la journée? C’est un succès! Êtes-vous arrivé au bureau de bonne humeur et êtes sorti avec la même humeur? C’est un succès! Avez-vous souri aujourd’hui? Oui, excellent un autre succès! Si comme moi les expressions faciales du bonheur ce n’est pas votre fort, Good Job.

En mesurant de cette façon, il est plus facile d’avancer et d’être optimiste. Comme avec Monopoly, vous allez faire des erreurs. C’est tout à fait normal et vous allez apprendre. C’est uniquement lorsque vous abandonnez qu’il y a un échec.

Mesurer son succès dans sa vie courante

Évidemment, l’humain est fait comme il est, c’est-à-dire avec une mémoire sélective (très forte comme la mienne). On ne peut pas se souvenir de tous les bons coups de sa vie, même des plus importants. C’est pour ça que le p’tit pad de papier que je traine toujours avec moi entre en jeu. Chaque fois que je vis un moment heureux, j’essaie de l’écrire le plus rapidement et l’émotion qui était associée. La semaine dernière, j’ai parlé random à une fille. Wow, incroyable, j’ai fait ça comme un grand sans chier dans mes shorts. J’ai ressenti beaucoup de bonheur et de joie, jusqu’à tant que son chum arrive (because you know, shit happens). Est-ce que ça m’a troublé? Absolument pas, j’ai même trouvé ça vraiment drôle.

Mon but n’était pas d’avoir une date au premier coup, j’ai crissement pas le temps de flirter. Cependant, juste parler à des gens de façon aléatoire me sort de ma zone de confort et éventuellement, ça va peut-être me mener à ma première compagne. Bref, on verra bien plus tard dans un autre article. L’important de la chose à retenir c’est d’avoir un historique des petits moments heureux qui marquent notre succès. Dans les moments le plus durs, on peut revenir voir tout le positif et finalement se dire que c’tait pas si pire.

Et toi? Tu le mesures comment le succès?

Cheers,
Charles

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur