5 façons de multiplier ses sources de revenus

49

Vous êtes à la recherche de moyens pour multiplier vos sources de revenus? Vous désirez faire plus d’argent afin d’arrondir les fins de mois? Ce sujet a été traité des milliers de fois sur le web. Alors pourquoi je m’y mets aussi? Simplement parce qu’on me pose encore la question et que les gens cherchent encore ça sur internet. Je veux aussi arrêter de voir des gens se plaindre.

Maintenant, qu’est-ce que ça prend pour ramener plus de blé à la maison? Ça vous prend un ordinateur de préférence, un domaine d’expertise ou une faculté d’autoapprentissage, de la volonté et beaucoup de persévérance.

Je vais mettre l’accent sur la persévérance. On voit trop souvent des publicités ou des articles de blogues d’entrepreneurs qui ont réussi rapidement et facilement. Ce qu’on ne voit pas, c’est les centaines d’échecs derrière la belle façade positive.

Le problème avec ça est que le singe moyen va se lancer tête première, trop rapidement et sans réfléchir. Il va échouer. Il va blâmer que c’est un canular (scam). Il ne va jamais recommencer. En passant, j’ai vécu cela à plus d’une reprise et j’ai surmonté le problème en persévérant.

La boutique e-commerce

Avec les plateformes comme Amazon, eBay, Shopify, Etsy et autres merveilles de ce monde, il n’y a plus d’excuse pour ne pas créer sa boutique en ligne. Vous n’êtes pas fan des plateformes en lignes? Si vous avez un site internet sur WordPress, pourquoi ne pas utiliser un plug-in comme WooCommerce?

Certes, la boutique en ligne peut demander beaucoup d’heures de travail, surtout si vous détenez un inventaire. Il faut alors prévoir tous les frais d’entreprise, d’entreposage, de livraison, juridiques, etc. Pour l’avoir essayé quand j’étais au CÉGEP, maintenir un inventaire chez soi n’est pas la chose la plus facile, mais c’est possible.

 

Le e-commerce sans inventaire

Il existe aussi le dropshipping qui consiste à créer une boutique en ligne normale, mais vous ne gérez pas l’inventaire, vous ne faites que faire du mouvement d’argent.

multiplier-sources-de-revenus
wiser.com

Ce type de e-commerce est très en vogue aux États-Unis et ici même au Canada. Le principe est simple :

  1. Vendre un article, par exemple, un marteau à 25$;
  2. Recevoir la transaction et l’argent du client;
  3. Acheter à prix moindre chez un manufacturier;
  4. Mettre l’adresse du client dans la transaction;
  5. Confirmer la vente et encaisser le profit;
  6. Répéter les étapes avec plusieurs produits.

Il y a bien sûr d’autres éléments beaucoup plus complexes qui demandent une attention particulière, mais le concept y est.

 

Le marketing d’affiliation

Tout le monde qui a déjà touché au numérique connait bien les possibilités de revenus que l’on peut obtenir avec Adsense. Cette plateforme permet entre autres d’adhérer au réseau publicitaire de Google et de ses partenaires afin de diffuser de la publicité. Plus il y a de gens qui cliquent et voient les bannières publicitaires sur votre site, plus vous amassez.

Cependant, plusieurs autres réseaux existent. Il suffit de bien chercher sur le web et de choisir ceux qui nous conviennent le mieux. L’affiliation avec Amazon, par exemple, vous permet de créer une boutique virtuelle, rediriger les clients sur le lien d’achat et récolter la commission si la vente se conclut.

Le coeur du marketing d’affiliation repose sur la commission. Elle peut représenter des produits gratuits, des rabais, de l’argent ou de la visibilité.

 

Le MLM (multi-level-marketing)

Ce type d’entreprise, si on peut appeler ça comme ça, est un peu comme le marketing d’affiliation. Tu n’es jamais vraiment ton « propre patron » parce que tu fais affaire avec une organisation beaucoup plus grande que toi et tu ne fais que revendre leur produit.

Tu es en fait une division de leur entreprise. Ceci étant dit, il y a beaucoup d’ambiguïté sur l’aspect légal des opérations.

En effet, il est proscrit au Québec et ailleurs au Canada de faire de la vente pyramidale. Cette pratique repose sur le recrutement, les bonis, etc. Cependant, lorsque le système vend des produits physiques ou des services reconnus par la loi (donc qui servent réellement à quelque chose), la ligne entre la vente pyramidale et la légalité des opérations devient très mince.

Les entreprises comme Kyani, Nikken, Primerica et autres semblables sont au terme des législations en vigueur “autorisées”.

Le MLM n’est pas fait pour tout le monde et requiert bien plus que de la volonté et de la patience. Vous avez besoin d’avoir une formation en vente, en cold-calling, en marketing et même en finance.

Même si ces entreprises offrent déjà de la formation, il est très difficile de percer dans le milieu et d’atteindre les très hauts niveaux. Est-ce que je suis contre cette pratique? Pas du tout tant que tout le monde y retrouve son compte.

 

L’investissement immobilier

L’investissement immobilier est l’un des moteurs des revenus passifs les plus importants au monde. Cela se calcul généralement en nombre de portes acquises et de terrains en pieds carrés. L’investisseur immobilier va donc essayer trouver les bonnes opportunités pour faire soit :

  • Un flip;
  • Un parc d’immeubles à revenus;
  • L’achat de terrains pour construire, revendre ou louer;
  • Etc.

On croit à tort que ce type d’investissement est réservé aux riches. Cependant, on se rend vite compte que ces « riches » ont commencé en bas de l’échelle comme tout le monde, avec un rêve et des économies. D’autres le sont devenus avec « a small loan of a million dollars », mais ça, c’est une autre histoire.

Comme ce n’est pas mon champ d’expertise (encore), voici des liens utiles qui pourront vous aider dans votre quête d’investisseur immobilier.

 

Blogues intéressants

L’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ)

Le club d’investisseurs immobiliers du Québec

Jeune investisseur immobilier

Immobilier 2.0

 

Outils et ressources intéressants

JLR solutions foncières

Registre foncier en ligne du Québec

Calculatrice immobilière de Centris

 

L’investissement boursier

Un peut comme l’achat d’immeuble, l’achat de titre boursier est un moyen de faire de l’argent. Cependant, c’est une stratégie à long terme qui requiert une bonne compréhension du système financier.

Vous pouvez transiger sur les marchés boursiers à l’aide de votre banque ou de plateformes indépendantes. Personnellement, j’utilise Questrade comme outil. Je négocie uniquement des actions canadiennes dans mon portefeuille. Comme ce n’est pas un cours sur l’investissement boursier, je vais vous laisser découvrir votre niveau de tolérance au risque.

Voici quelques liens qui pourraient vous aider :

Investir par soi-même, ça ne s’improvise pas – AMF

Comparer les plateformes boursières – Hardbacon (Sérieux découvre ça!)

Quelques notions de bourse – Desjardins

Mon plus grand conseil à offrir est de viser le long terme et des titres qui ont des dividendes. Il est aussi important de savoir que le risque est extrêmement élevé même si on est un professionnel. Comme mes oncles diraient : «Pour investir en bourse, ça te prend de l’argent que tu es prêt à jeter par les fenêtres.»

 

La pige (freelance)

Qu’est-ce qu’il y a dire de plus là-dessus? C’est bien juste un travailleur autonome qui vit bien sa vie et est son propre patron après tout? Combien de fois se le fait-on rappeler, haha? Le travail de pigiste c’est être le le coordonnateur marketing, le vendeur, le service à la clientèle, l’acheteur, la logistique, etc.

C’est un travail colossal qui demande beaucoup d’énergie et de talent. Certains diront : «Ouais, mais c’est facile en plus t’es tout le temps en congé!» À cela je dis : little ignorant bastard. Le travail de pigiste est un choix personnel, c’est aussi le choix de ne pas avoir les mains liées à une entreprise ou un fonds de pension. Un peu de liberté quoi?

Cependant, c’est exigeant et très dur sur le moral quand on commence. On doute de soi et on overthink 24 heures par jour. Par contre, on sait qu’un jour ça va déboucher et on va enfin pouvoir dépasser le 75$ de l’heure.

Pas besoin d’être pigiste à temps plein. Quand j’étais à l’université, j’avais quelques projets on-the-side qui me rapportait un petit coussin supplémentaire. Est-ce que j’avais de bonnes notes? Ça, c’est pour une autre fois.

Il y a énormément de pigistes au Québec qui touchent à des dizaines de domaines différents, voici quelques inspirations :

Catherine “Betti” Cormier – Vie de pigiste

Noémie “Hashtag Freelance Life” Cournoyer

Il y a aussi un regroupement de professionnels sur le forum La Tranchée. Si vous avez une question par rapport à n’importe quel sujet se rapportant aux affaires, c’est la place pour s’inscrire.

Finalement, faire plus d’argent dans ses débuts peut être extrêmement dur. Surtout si vous avez des responsabilités familiales. C’est pourquoi se faire un budget est primordial.

Vous pourriez flipper des noms de domaines, des objets sur Kijiji ou encore faire des ventes de garages 365 jours par année. L’objectif de cette série d’articles sur les revenus passifs ou comment multiplier ses sources de revenus est de vous montrer qu’il y a d’autres alternatives à votre job de 9 à 5.

Il existe un excellent webinaire créé par Domique Fraser qui traîte de ce sujet. Voici le lien : http://www.25revenuspassifs.com/

Si vous avez des idées ou voulez témoigner de votre expérience, n’hésitez pas à m’envoyer un message pour qu’on en discute et pour échanger.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur